CAFE LITTERAIRE DU VILLAGE CHEURFA (AZAZGA)

La société Kabyle sous la loupe !

Une rencontre culturelle a été organisée le week-end passé à Cheurfa N'bahloul, à Azazga, avec l'un des leurs. C'est dans le cadre du café littéraire de l'Association Animation et Aide à la Jeunesse (AAJC) du village que M. Mohand SADEG a parlé de son livre "Organisation traditionnelle de la société Kabyle (période 1800-1950)" qui sortira prochainement. "Ce troisième café littéraire se veut être une relance ; la météo était favorable à ce genre de manifestation. Le vent qui soufflait dehors et le son des orages qui résonnaient sur les tuiles du foyer me plongèrent moi personnellement dans un souvenir lointain" ; nous dira Abdelmadjid Abboute, président de l'AAJ Cheurfa.

De prime abord, le conférencier a donné un aperçu de son ouvrage, qui est plutôt sociologique qu'historique. Il a développé ses axes principaux : l'organisation traditionnelle au sein des villages, leurs us et coutumes ; la famille et le rôle de l'homme ; et enfin, la place de la femme dans la société.

Organisation sociale entre tradition et modernité

Selon l'auteur, par un extrait de son livre, la société traditionnelle kabyle obéissait à une forme d'organisation communautaire basée sur une entraide dans tous les domaines socioéconomiques et de défense. Elle s'était dotée d'une constitution, lqanun n'leqvayel, définissant et attribuant les prérogatives et les missions de chacun des organes dirigeants de la communauté : l'assemblée, l'exécutif et le conseil des sages. Ces organes (ou institutions) n'avaient, de par les prérogatives qui leur étaient dévolues, rien à envier à ceux des grandes démocraties des temps modernes à l'exemple des sénats, des assemblées nationales et des gouvernements. De plus, elle est galvanisée par des idéaux moraux : honneur de la famille ; ténacité de la vengeance ; la défiance des forts ; la bravoure du combat ; la crainte du scandale ; la patience devant les adversités naturelles ; l'hospitalité. Sauf que, cette structure ancestrale a du subir une régression au début de la première décennie du 20eme siècle (1910-1920) pour n'être reprise qu'après l'indépendance où elle est obligée d'accepter l'autorité de l'Etat. "On traite avec les comités de villages lors de nos sorties de proximité pour l'inscription et le suivi des projets", dira Y. A, natif de la région et ancien subdivisionnaire d'hydraulique.

A travers des questions réponses autour du manuscrit, le débat est lancé pour permettre à tout le monde de s'exprimer. Entre le souci de retour aux sources pour perpétuer la tradition et la nécessité de s'ouvrir sur le monde et faire face aux défis de la mondialisation, les avis se rejoignent. Selon M. Arezki Abboute, militant de la cause berbère et ancien détenu, il est impératif de faire adapter ce système d'organisation et concilier le passé et le présent. Lui qui assiste modestement à toutes les activités culturelles et scientifiques du village, estime que la sagesse n'est pas une question d'années et que le temps fini par supplanter les choses. "Il faut absolument développer l'esprit d'initiative et l'innovation pour mieux s'adapter à la vie moderne imposée par la mondialisation", soutient de son côté M. Arezki Dahmouh, professeur à l'université. Un travail qui incombe en premier lieu, selon lui, à la famille en tant que cellule de base de la société.

L'émancipation de l'Homme, une question de femme !

Tout de même, il est à signaler l’absence de la gente féminine dans la salle malgré un projet de sensibilisations et le renforcement de l’intégration des femmes dans le mouvement associatif initié par les responsables de l'association. Néanmoins, le sujet de la femme a suscité un échange d'idées fructueux. L'assistance n'a pas hésité à souligner certaines contradictions dans lesquelles nous vivons. En effet, la femme demeure en marge des centres de décisions dans les structures villageoises nonobstant son rôle central dans la vie quotidienne, notamment l'éducation, la progéniture et la nourriture !

Pour engager la discussion, un enseignant et ancien élève du conférencier, a émis une réflexion : la femme n'est pas victime d'exclusion, mais si elle est à l'écart c'est plutôt par son propre consentement et un mandatement tacite à l'homme ! A ce sujet, différents intervenants : membres de l'AAJ Cheurfa et du comité de village, actuels et anciens ; universitaires ; anciens cadres de différents services ; militants démocratiques, ont tous souligné la nécessité de procurer à la femme la place qu'elle mérite.

En effet, les exemples de ses contributions n'en manquent pas et tout le monde l'a mis en exergue. Ainsi, les quatre coins de la salle de la maison de jeunes étaient sur la même longueur d'onde. L'un soutient que personne ne peut nier son rôle durant la guerre de libération. L'autre atteste que c'est grâce au combat de nos ainées, notamment des veuves d'après-guerre qui ont poussé leurs filles à aller étudier, qu'aujourd'hui on a des femmes médecins, avocates, professeurs… "La femme a toujours été au côté de l'homme pour l'aider dans certaines tâches et autres travaux de champs, parfois difficiles et forcés", dira un vieux en guise de témoignage. Par ailleurs, d'après les membres de comité présents, eux aussi ont en prit conscience de cela ; et ils étaient sur la même lancée. Ils ont fait savoir qu'ils sont toujours préoccupés par cette question. D'après leurs déclarations, ils ont essayé à maintes reprises de faire intégrer la femme de Cheurfa dans la gestion des affaires courantes ; mais en vain ! Enfin, l'expérience de l'implication de la femme active dans certains villages (Ahriq, Iguersafen, Sahel…) de la région de Bouzeguene n'est pas à démontrer, atteste un membre de l'AAJ Cheurfa. Avant de conclure son intervention par : "La femme est symbole de civilisation et de développement".

Une rencontre conviviale autour d'un livre  

Des retraités ; des jeunes ; des artistes ; des auteurs ; des étudiants ; des chômeurs,... étaient tous réunis autour d'un livre au foyer de jeunes de Cheurfa, construit dans l'enceinte d'une ancienne école. Tout le monde est marqué par ce lieu chargé d'histoire, de souvenirs et d'anecdotes d'antan ; certains en tant que élèves et d'autres comme instituteurs. On a enregistré, entre autre, la présence de l'actuel maire d'Azazga et de l'un de ses prédécesseurs, tous les deux issus justement de cette tradition ancestrale qui est l'organisation traditionnelle villageoise, à l'image de la majorité des présents.

Selon les organisateurs, l'objectif de ce genre de rencontre est d'explorer de nouveaux champs d'investigation en environnement anthropologique et d'initier des projets scientifiques, culturels et économiques. Le lancement d'ateliers d'animation, de lecture et d'écriture ; la proposition de programmes universels en s'appuyant sur les sciences ; enrichissement des pratiques traditionnelles dans les secteurs de l’agriculture et de l’artisanat (femme rural) est dans le souci de développer les compétences des uns et des autres. Au passage, ils ont lancé un appel aux autorités locales pour prendre en charge leurs doléances dans les plus brefs délais… Abdelmadjid, qui a assuré merveilleusement l'animation et la modération des débats, a tenu à remercier tous ceux qui se sont déplacé pour y assister : "En présence d'amis, que je ne considère pas comme invités, l'action s’est déroulée dans de bonnes conditions. Cette famille qui avance était là pour passer un moment de bonheur et de partage ; ainsi, le printemps n’en sera que plus beau".

Pour rappel, l'AAJC est la première association du village, un patrimoine du grand Cheurfa et symbole de la fraternité. Elle est créée au début des années 70 par les anciens jeunes, dont certains étaient présents vendredi passé, avec l'aide de… Mr SADEG Mohand, en sa qualité d'ancien cadre supérieur au ministère de la jeunesse et des sports à la Wilaya de Tizi-Ouzou à la retraite. Malgré le poids des années, il veut toujours mettre à la disposition des jeunes tout son savoir et son expérience en la matière. A ce titre, il a consacré son premier livre ayant pour titre "pour une politique de la jeunesse cohérente et adaptée à ses préoccupations" qui a fait l'objet d'une vente-dédicace.

La rencontre était très intéressante sur plusieurs plans : promouvoir le livre ; une occasion de retrouvaille ; un moment de mémoire et de témoignages ; un espace de débat et d'échanges d'idées... A perpétuer absolument !

Aucun évènement dans le calendrier
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31