Election présidentielle en Algérie: la volanté populaire contre les assoiffés du pouvoir.

 

Un scénario inattendu, ni pour le régime en place qui a compté la bataille pour un cinquième mandat gagnée d’avance, ni pour l’opposition avec les différents partis politiques, soit ceux qui ont appelé au boycott, où d’autres ont opté pour un candidat consensuel, même pour l’opinion international qui prévoit en ces élections un non- événement, notamment après l’intention du président actuel de se porter candidat.
Des appels via les réseaux sociaux, pour une marche pacifique le 22 février dernier dans toutes les wilayas de l’Algérie, pour dire non au cinquième mandat, et que le régime en place se dégage, les algériens ont répondu à l’appel, des milliers sont dans les rues, une mobilisation de plus, pour le premier mars. Le président dans un hôpital à Genève, a déposé son dossier de candidature par son directeur de campagne, un dépôt anticonstitutionnel, à savoir que la présence de l’intéressé est obligatoire.


Le chef d’Etat algérien après 20 ans de règne, suite à une violation de la constitution en 2008, affaibli par la maladie victime d’un AVC en 2013, s’est présentai aux élections de 2014, sur une chaise roulante, depuis il adresse au peuple par lettre, paraitre rarement sur les écrans, et il compte briguer un cinquième mandat, malgré son état de santé critique, un défie pour la volanté populaire qui ne veut plus de lui, ni de clan qui est derrière.
Après le soulèvement populaire, la donne a changé, l’Algérien autrefois se dirige vers l’ émigration clandestine, aujourd’hui l’appel pour sauver l’Algérie de ces vautours est une urgence, la politique de division exercée par le pouvoir est surpassée, l’appartenance algérienne vient de s’élaborer, des démissions de la chambre base de parlement, pour rejoindre le mouvement, des appels pour les élus RCD et FFS et des autres formations politiques de l’opposition, pour quitter cette assemblée, sans crédibilité ni légitimité, puisque le peuple a choisi d’autres manières de faire entendre sa voix, des journalistes aux médias publiques ont jeté l’éponge suites à des pressions durant l’exercice de leurs fonctions, des personnalités politiques on mis fin à la course au poste de président, ils considèrent qu’organiser des élections en ces conditions, et une violation de la volanté populaire.
Pacifique, pacifique, est le slogan de ces marches, les étudiants, les avocats, des intellectuels, ont marché pour dire non au cinquième mandat, et mettre fin à ce régime et ses différentes institutions incompétentes, ont même faillit la gestion de ce pays, il se trouve en une crise multidimensionnelle, aller vers une deuxième république, élaborer la constitution de tous les Algériens avec la participation de toutes les parties de la société, réorganiser des élections transparentes, pour désigner ceux qui ont l’habilité de diriger l’Algérie, sont les revendications d’une grande partie de la population qui espère de vivre dans un pays de droits de liberté et de dignité.

 


 .

Aucun évènement dans le calendrier
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31