Zoubida Assoul, construire l'Algérie de demain, tous concernés.

 
 
Lors d’une conférence débat  animée par Zoubida Assoul, à l’auditorium du campus Hasnaoua, à Tizi Ouzou. À l'occasion de cycle de conférences organisées par les étudiants suite au soulèvement populaire de ces dernières semaines.
Intervenues sous le thème  "La femme algérienne : Entre engagement militant et stratégies d'exclusion"
 
 Zoubida Assoul affirme « aucune  empreinte de la femme dès la constitution de 1963, jusqu'à à 2012.   La femme presque invisible pour montrer ses compétences, mais il faut encourager l'émergence des ses capacités et son rôle dans la société, je n'ai pas envie, de voir la femme marginalisée. Notre projet c'est de reconstruire un état de droit et moderne, qui reste un vrai projet de société.»
 
La période de transition politique, s'est d'aller vers l'état de droit, et l'indépendance de la justice. « La politique c'est de participer, apporter et préconiser de sorties de cette crise.» 
 
Pour Zoubida Assoul. « l'opposition a subie de plusieurs contraintes on était interdits sur les chaînes de télévision étatique et même dans les chaînes privées, c'est grâce aux réseaux sociaux qui facilitent la communication entre nous. Notamment,  Facebook consiste à partager nos idées et nos  ambitions.»
 
Par ailleurs, la juriste à soulevé « la complicité de l'islam  en politique, pour eux il est  fait  pour maintenir l'existence du système  Bouteflika, ce dernier n'a pas fais la politique, justement a fait manipuler les gens. D'ailleurs, Depuis son arrivée à la présidence, le champ politique est  verrouillé"
 
Aujourd'hui le rejet du système par le peuple, c'est une révolution pour l'Algérie. 19 millions  sont sortis pour  manifester pacifiquement et dire ‘’Non au cinquième mandat !’’ ; Non au système ! Et Oui pour l’édification d’un État de droit !’’ hélas, « C'est une déception d'entendre dans la rue un tel slogan FLN dégage. Parce que ce dernier, appartient à toute l'Algérie pas seulement le système.»
 
Assoul a fait rappeler les présents. « j'etai parmi ceux qui ont appelé au rejet de la condidateur de Bouteflika en 2014 dans le cadre du mouvement Mouwatana, et on est toujours contre son cinquième mandat, et heureusement tous les algériens ont refusé cette mascarade."
 
             
Aucun évènement dans le calendrier
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30